Yohan Rossel s’impose sur le fil !

MANCHE 3/9 – 54E RALLYE ANTIBES CÔTE D’AZUR 
Etape 2

©Photo Thomas Fenetre / DPPI

Alors que Yoann Bonato (Citroën C3 R5, Team CHL Sport Auto) se dirigeait vers unepremière victoire à Antibes, le double Champion de France est parti à la faute dans l’ultime spéciale du rallye. Solide dauphin de Bonato jusque là, Yohan Rossel (Citroën C3 R5) remporte finalement la troisième manche du CFR (et la manche du
‘Trophée Mixte by Michelin’) alors que les écarts se resserrent au Championnat. Deuxième sur la Côte d’Azur (et vainqueur du Trophée Michelin ‘R5’), Quentin Gilbert (Volkswagen Polo GTI R5) prend les commandes du classement général avant la prochaine épreuve qui se déroulera chez lui, dans les Vosges. Auteur d’une course sans faute, Raphaël Astier (Hyundai i20 R5) récupère la médaille de bronze en devançant William Wagner (Volkswagen Polo GTI R5, Team Sébastien Loeb Racing) et Sylvain Michel (Skoda Fabia R5, Team 2C Compétition). Au terme d’une belle bagarre
avec Mathieu Franceschi (Peugeot 208 R2), Cédric Robert remporte le Trophée Michelin ‘Hors R5’ pour la troisième fois en autant de rallyes disputés. Hugo Margaillan à largement dominé ses adversaires en Championnat de France des Rallyes Junior tandis qu’en VHC, c’est Pascal Eouzan (BMW M3) qui s’impose. Une
fois de plus, le Team CHL Sport Auto rafle la mise chez les ‘Teams’.

LE RESUME DE LA JOURNEE

ES8 (Coaraze – Lantosque – 19,98 km – 8h56) :
Bonnes conditions d’adhérence – Meilleur Temps : Bonato
Faits marquants : Yoann Bonato est surpris par la très bonne adhérence dans ce ‘chrono’ et assomme la concurrence puisqu’il possède plus de vingt secondes d’avance sur Yohan Rossel après cette spéciale. Quentin Gilbert estime avoir ‘sous-noté’ cette
spéciale. Anthony Fotia réalise un joli deuxième temps et récupère la cinquième place au détriment de William Wagner qui a crevé. Patrick Rouillard effectue une touchette sans conséquence.

ES9 (La Bollène – Col de Turini – Peira-Cava – 18,48 km – 9h36) :
Temps pluvieux et spéciale très glissante sur la fin – Meilleur Temps : Bonato
Faits marquants : Malgré une monte de pneumatiques inadéquate (trois durs et un pluie) suite à une crevaison lente dans la spéciale précédente, Yoann Bonato enfonce le clou. Bien parti ce matin, Anthony Fotia sort de la route sur le plateau. Quentin Gilbert
se plaint d’un problème de direction assistée sur sa Volkswagen Polo GTI R5. Reparti pour accumuler les kilomètres au volant de la Skoda Fabia R5, Nicolas Ciamin (Team JSA Yacco) engrange de l’expérience en vue du prochain rallye dans les Vosges.

ES10 (Col de l’Ablé – Col de Braus – Saint Laurent – 12,75 km – 10h13) :
Routes glissantes et nombreuses plaques noires – Meilleur Temps : Bonato
Faits marquants : Yoann Bonato déclare assurer à l’arrivée de la spéciale ce qui ne l’empêche pas remporter le ‘chrono’. Quentin Gilbert a toujours son problème de direction assistée alors que Sylvain Michel remonte au septième rang.

ES11 (Coaraze – Lantosque – 19,98 km – 13h41) :
Conditions dantesques avec du brouillard et de la pluie – Meilleur Temps : Bonato
Faits marquants : Sur des routes détrempées, Yoann Bonato poursuit sa moisson de meilleurs temps. Quentin Gilbert n’a pas assez retaillé ses pneumatiques pluie. Yohan Rossel est satisfait de son choix de gommes. Sylvain Michel retrouve une voiture qui lui
convient et passe en sixième position. Bruno Riberi concède un temps précieux suite à un problème d’essuies-glace et de buée sur sa Skoda Fabia R5.

ES12 (La Bollène – Col de Turini – Peira-Cava – 18,48 km – 14h21) :
Routes détrempées, adhérence précaire surtout après le Col – Meilleur Temps : Sylvain Michel
Faits marquants : Premier temps scratch pour Sylvain Michel qui fait des miracles alors que les conditions sont apocalyptiques selon tous les pilotes. Le top dix reste inchangé à une spéciale du but.

ES13 (Col de l’Ablé – Col de Braus – Saint Laurent – 12,75 km – 14h58) :
Routes détrempées, adhérence précaire – Meilleur Temps : Rossel
Faits marquants : Coup de théâtre dans cette spéciale avec la touchette de Yoann Bonato. Impérial jusque là, le double Champion de France laisse la victoire à Yohan Rossel. Par conséquent, Quentin Gilbert récupère l’argent et Raphaël Astier monte pour la première fois sur le podium en ‘CFR’.

ILS ONT DIT
Yohan Rossel (Citroën C3 R5), Vainqueur : « Nous avons essayé de faire une belle course avec un bon rythme. Nous n’avons fait aucune erreur et aujourd’hui nous voulions surtout rentrer. Merci à toutes les personnes qui nous permettent d’être là. Pour le Championnat, c’est une bonne opération même si je suis désolé pour Yoann. »


Quentin Gilbert (Volkswagen Polo GTI R5), deuxième : « Je ne me rappelle pas avoir roulé dans de telles conditions dans le passé. Nous terminons en deuxième position mais je suis un peu dégoûté pour Yoann et Benjamin. Ils ne méritaient pas de finir comme ça. De notre côté c’est un bon week-end avec des gros points pour le championnat et nous remportons le Trophée Michelin, c’est une bonne opération. »

Raphaël Astier (Hyundai i20 R5), troisième : « Je ne peux pas rêver mieux avec cette troisième place même si je suis déçu pour Yoann. Nous avons mis les roues où il fallait aujourd’hui et nous n’avons pas fait de fautes. »

LE BILAN
13 épreuves spéciales
Meilleurs temps : Bonato 7, Rossel 3, Ciamin 1, Fotia 1, Michel 1.

Leaders :
ES1 : Bonato
ES2 : Ciamin
ES3 à ES12 : Bonato
ES13 : Rossel

Classement final provisoire
1.Rossel/Fulcrand (Citroën C3 R5) en 2h22m56s9
2.Gilbert/Guieu (Volkswagen Polo GTI R5) + 1m04s9
3.Astier/Vauclare (Hyundai i20 R5) + 3m14s6
4.Wagner/Millet (Volkswagen Polo GTI R5, Sébastien Loeb Racing) + 4m17s2
5.Michel/Degout (Skoda Fabia R5, Team 2C Compétition) + 5m03s5
6.Rouillard/Gamboni (Skoda Fabia R5) + 6m15s3
7.Riberi/Haut-Labourdette (Skoda Fabia R5) + 7m01s9
8.Lions/Landais (Skoda Fabia R5, Team Sarrazin Motorsport) + 8m34s8
9.Robert/Duval (DS 3 R3, Team CHL Sport Auto) + 12m14s1
10.Franceschi/Manzo (Peugeot 208 R2) + 12m54s9…

LES PODIUMS PROVISOIRES
TROPHEE MICHELIN R5 :
1. Gilbert/Guieu (Volkswagen Polo GTI R5) en 2h24m01s8
2. Astier/Vauclare (Hyundai i20 R5) + 2m09s7
3. Wagner/Millet (Volkswagen Polo GTI R5, Team Sébastien Loeb Racing) + 3m12s3…

TROPHEE MICHELIN HORS R5 :
1. Robert/Duval (DS 3 R3 Max, Team CHL Sport Auto) en 2h35m11s0
2. Franceschi/Manzo (Peugeot 208 R2) + 40s8
3. Pistachi/Authier (BMW 318 Compact) + 6m34s1…

CHAMPIONNAT DE FRANCE DES RALLYES TEAM :
1. Team CHL Sport Auto (Robert – Margaillan) 32 points
2. Team Minerva Oil by GBI.com (Marty – Hommeau) 16 points
3. Team Sébastien Loeb Racing (Wagner) 8 points…
CHAMPIONNAT DE FRANCE DES RALLYES JUNIOR :
1. Margaillan/Poujol (Ford Fiesta R2J) en 2h42m28s6
2. Maisano/Pebeyre (Ford Fiesta R2J) + 3m52s5
3. Ribaud/Ascencio (Ford Fiesta R2J) + 4m14s6…

Le Rallye Antibes Côte d’Azur : un jeu de Yoyo…

MANCHE 3/9 – 54E RALLYE ANTIBES CÔTE D’AZUR (17 AU 19/05 2019)
Etape 1

Au terme d’une première étape disputée dans des conditions difficiles (orages, brouillard), seulement 2s1 séparent les Citroën C3 R5 de Yoann Bonato (Team CHL Sport Auto) et Yohan Rossel. Quentin Gilbert, qui a fait preuve de régularité aux commandes de sa Volkswagen Polo GTI R5, monte sur la dernière marche du podium provisoire et reste en lice pour la victoire. Cette journée a fait de nombreux dégâts dans les rangs des favoris avec les abandons de Nicolas Ciamin (sortie de route sans gravité dans l’ES2 alors qu’il occupait la tête du rallye) et Quentin Giordano (problème de direction assistée). D’autres ont rencontré des difficultés comme Sylvain Michel

©Photo Thomas Fenetre / DPPI

(Skoda Fabia R5, Team 2C Compétition) (crevaison dans l’ES6) et Anthony Fotia (Volkswagen Polo GTI R5, Team Sébastien Loeb Racing) (roue déjantée dans l’ES6). Raphaël Astier (Hyundai i20 R5) et William Wagner (Volkswagen Polo GTI R5, Team Sébastien Loeb Racing) complètent le top cinq. En Trophée Michelin ‘R5’, Quentin Gilbert mène les débats. ‘Hors R5’, la bagarre fait rage entre Mathieu Franceschi (Peugeot 208 R2) le leader, et Cédric Robert (DS 3 R3, Team CHL Sport Auto). Dans le cadre du Championnat Junior, c’est Hugo Margaillan qui s’est distingué puisqu’il possède plus de deux minutes d’avance sur ses poursuivants alors
que Pascal Eouzan (BMW M3) domine en VHC. Enfin, Yoann Bonato et Hugo
Margaillan permettent au Team CHL Sport Auto d’occuper la tête du classement réservé aux ‘Teams’.

LE RESUME DE LA JOURNEE

ES1 (Gréolières – 4,73 km – 10h09) :
Spéciale rapide et un peu humide, temps couvert – Meilleur Temps : Bonato
Faits marquants : Rien à signaler sur cette courte spéciale qui sert de mise en jambes aux pilotes du ‘CFR’ avant d’affronter le Col de Bleine. Alors que Sylvain Michel se plaint d’une voiture sous-vireuse, Yoann Bonato signe le meilleur temps (117 km/h de moyenne) devant Yohan Rossel et Anthony Fotia. Mathias Vaison est ralenti par un problème sur sa Skoda Fabia R5 qui passe en mode ‘liaison’ en pleine spéciale.

ES2 (Col de Bleine – Le Mas – Aiglun – 25,78 km – 10h28) :
Spéciale humide sur le premier tiers, sèche ensuite – Meilleur Temps : Ciamin.
Faits marquants : Tous les pilotes font le même constat, la spéciale est mouillée au départ puis sèche ensuite. Nicolas Ciamin commence à comprendre le comportement de sa Skoda Fabia R5 et s’impose dans cette spéciale. Ce ‘chrono’ génère déjà de gros écarts avec sept pilotes (Ciamin, Bonato, Rossel, Gilbert, Giordano, Fotia, Michel) en 9s3 et les suivants repoussés à plus de 25 secondes au classement général. Parti en pneumatiques durs, Sylvain Michel parvient à limiter la casse.

ES3 (Conseil Départemental des Alpes-Maritimes – 23,65 km – 11h31) :
Spéciale humide au départ et plus sèche ensuite – Meilleur Temps : Bonato
Faits marquants : Nicolas Ciamin part à la faute dans cette spéciale en tapant un rail. Le radiateur de la Skoda Fabia R5 est percé et le Niçois est contraint à l’abandon. Yoann Bonato, qui remporte cette spéciale, reprend les commandes du général devant Yohan Rossel et Anthony Fotia. Quentin Gilbert assure dans ces conditions d’adhérence changeantes et pointe au quatrième rang. Fin de matinée difficile pour Quentin Giordano qui se plaint de nausée mais qui parvient tout de même à rester dans le rythme des meilleurs. Partis en pneumatiques durs peu adaptés aux routes humides, Sylvain Michel (qui a effectué un tête à queue) et surtout Bruno Riberi concèdent encore beaucoup de temps.

ES4 (Gréolières – 4,73 km – 14h54) :
Alternance de parties sèches et humides, temps couvert – Meilleur Temps : Fotia.

©Photo Thomas Fenetre / DPPI

Faits marquants : Tous les pilotes partent avec des choix de pneumatiques identiques. Anthony Fotia se distingue avec un premier temps ‘scratch’ en ‘CFR’ et récupère la deuxième place au détriment de Yohan Rossel. Quentin Giordano, qui a profité de la pause de midi pour se soigner, est à nouveau dans le match pour les premières places.
Rassuré par un choix de pneu optimal pour cette boucle, Sylvain Michel signe enfin un temps digne de son rang. Eric Mauffrey sort de la route sans gravité dans cette spéciale.

ES5 (Col de Bleine – Le Mas – Aiglun – 25,78 km – 15h13) :
Alternance de parties sèches et humides, temps couvert – Meilleur Temps : Bonato.
Faits marquants : Yoann Bonato réalise le meilleur temps et semble parfaitement gérer son effort. Quentin Giordano crève dans la spéciale et Sylvain Michel en profite pour prendre la cinquième place. Quentin Gilbert poursuit son sans-faute et reste bien placé en quatrième position.

ES6 (Conseil Départemental des Alpes-Maritimes – 23,65 km – 16h16) :
Gros orage et brouillard sur la fin de la spéciale – Meilleur Temps : Rossel
Faits marquants : Sur son ‘chrono’ favorit ce week-end, Yohan Rossel signe son premier temps ‘scratch’ du rallye, ce qui lui permet de revenir à moins de cinq secondes de Yoann Bonato. Cette spéciale fait des dégâts avec une panne de direction assistée pour Quentin Giordano, une crevaison pour Sylvain Michel, qui revenait petit à petit aux avant-postes. Avec un pneu déjanté, Anthony Fotia est lui aussi victime de cette ES6 puisqu’il retombe au septième rang alors qu’il occupait la place de dauphin derrière Yoann Bonato.

ES7 (Saint Laurent du Var – 0,92 km – 18h37) :
Spéciale en ville – Meilleur Temps : Rossel
Faits marquants : Yohan Rossel poursuit sur sa lancée et s’offre un deuxième meilleur temps consécutif. Sur cette (très) courte spéciale, l’ex pilote Rallye Jeunes FFSA reprend 2s5 à Yoann Bonato et revient à 2s1 du double Champion de France au terme de cette première étape. Quentin Giordano a été contraint à l’abandon avant le départ de la spéciale suite à un problème sur la réparation de sa direction assistée à l’assistance.

ILS ONT DIT
Yoann Bonato (Citroën C3 R5, Team CHL Sport Auto), leader : « L’écart est faible et on va recommencer un rallye demain ! Cet après-midi et notamment dans la dernière spéciale, les conditions étaient humides. Nous n’avons pas pris de risques tout en roulant bien. Il faut éviter de faire des erreurs dans ce genre de spéciale. Demain, ça va être compliqué, mais nous n’avons pas de stratégie particulière. Sachant que Nicolas Ciamin a abandonné et que Quentin Gilbert est troisième on peut faire une bonne
opération. On ne va pas prendre tous les risques pour l’emporter mais si on peut le faire on ne s’en privera pas. »

Yohan Rossel (Citroën C3 R5), deuxième : « C’est très serré. Nous avons eu des conditions loin d’être évidentes avec du brouillard et des coulées d’eau. J’ai essayé d’attaquer dans la dernière spéciale car je l’apprécie et la voiture réagissait bien ! J’aime bien les spéciales de demain que j’ai déjà faites au Monte-Carlo. et je les ai également parcourues sur ce rallye donc on va essayer de faire le maximum. »

Quentin Gilbert (Volkswagen Polo GTI R5), troisième : « On attaque à fond depuis le début. Nous avons bien roulé mais ceux de devant ont mieux roulé que moi en fin de journée. Demain, c’est une autre journée avec des routes que je connais mieux car j’ai fait le Monte-Carlo plusieurs fois mais Yoann et Yohan connaissent bien aussi ces spéciales. La première de demain sera nouvelle pour nous, peut-être que ça peut jouer, nous verrons bien. La voiture est bien, je n’ai pas fait d’erreur mais on peut encore améliorer des choses sur la voiture. »

LE BILAN DE L’ETAPE 1
7 épreuves spéciales
Meilleurs temps : Bonato 3, Rossel 2, Ciamin 1, Fotia 1.

Leader :
ES1 : Bonato
ES2 : Ciamin
ES3 à ES7 : Bonato

Classement après ES7 (fin étape 1)
1.Bonato/Boulloud (Citroën C3 R5, Team CHL Sport Auto) en 1h11m56s8
2.Rossel/Fulcrand (Citroën C3 R5) + 2s1
3.Gilbert/Guieu (Volkswagen Polo GTI R5) + 20s3
4.Astier/Vauclare (Hyundai i20 R5) + 1m53s3
5.Wagner/Millet (Volkswagen Polo GTI R5, Sébastien Loeb Racing) + 2m39s5
6.Fotia/Sirugue (Volkswagen Polo GTI R5, Sébastien Loeb Racing) + 2m43s5
7.Riberi/Haut-Labourdette (Skoda Fabia R5) + 3m14s7
8.Rouillard/Gamboni (Skoda Fabia R5) + 3m27s3
9.Michel/Degout (Skoda Fabia R5, Team 2C Compétition) + 3m56s9
10.Lions/Landais (Skoda Fabia R5, Team Sarrazin Motorsport) + 4m58s0…

©Photo Homepage : Jean-François THIRY

Bonato en tête du général après ES3

Malgré une météo changeante et peu clémente, la 1ère boucle de l’Etape 1 du samedi 18 mai fut une réussite pour les pilotes confirmés comme Yohan Bonato, Yohan Rossel et Anthony Fotia.

Déclaration de Yohan Bonato après la matinée de l’Etape 1, classé en 1ère position du général : « Le Rallye Antibes Cote D’Azur est toujours aussi exigeant 😰 La matinée s’est bien passée dans l’ensemble mais la météo pourrait nous jouer des tours tout le week-end 😏 ».

Yohan Rossel, 2ème au général après l’ES3 : « On s’est bien battu ce matin, nous sommes dans le rythme avec Ben Fulcrand et surtout leaders du trophée mixte by Michelin Motorsport. C’est encore très long, la météo peut se montrer capricieuse dans l’arrière-pays, à nous d’éviter les erreurs! »

Anthony Fotia, 3ème au classement général après la première bouche de l’Etape 1 : « C’était une matinée idéale pour nous. Des conditions de grip changeantes mais nous sommes au contact des meilleurs, sur la troisième place du Rallye Antibes Cote D’Azur ! 🏅 C’est parti pour la deuxième boucle, nous allons essayer de garder le même rythme ! »

Petit tour aux vérifications techniques…

Passage obligatoire pour tous les concurrents… Les VÉRIFICATIONS TECHNIQUES & ADMINISTRATIVES !

Au départ de cette 54ème édition du Rallye Antibes Côte d’Azur, c’est 175 engagés que les commissaires techniques et administratifs ont dû contrôler avant de leur donner l’aval pour prendre le départ du Rallye.

A la Maison des Associations ou au Fort Carré d’Antibes, les pilotes et copilotes ont montré pattes blanches auprès des officiels. 

Un moment toujours délicat où tous les éléments doivent être réunis ! 

© Photo Homepage : DPPI / Thomas Fenêtre

©Photos page : Christian Bonin

 

Cérémonie de Départ au Square Gould de Juan-Les-Pins

Photo Thomas Fenetre / DPPI

Vendredi 17 mai, lors de la Cérémonie de départ, certains pilotes se sont prêtés au jeu de la séance de dédicaces.

C’est l’occasion aux petites et grands d’obtenir une signature de leurs pilotes fétiches. Entre  admiration et fierté, le public a pu profiter du départ de la 54ème édition du Rallye Antibes Côte d’Azur au Square Gould de Juan-Les-Pins.

Mr Bruno ARIZTOY, Directeur de la Société Carrefour Antibes a reçu les Elus, la Presse, les Partenaires et les Officiels près du Podium lors d’un cocktail.

Cette fin journée a été clôturée en musique par le groupe local « BB Blues ».

L’invité d’honneur de l’édition 2019, Jean-Louis Clarr !

©Thomas Fenetre / DPPI

C’est un des pilotes français dont le nom est familier à tous les connaisseurs du rallye des années 1970 – 1980 mais que l’on connaît paradoxalement assez peu bien que son palmarès ait de quoi faire beaucoup d’envieux.

Jean-Louis est une sorte d’oxymore, quelque peu introverti en dehors de la voiture, on ne peut plus extraverti à l’intérieur. Il a disputé son premier rallye, le Picardie 1967, comme coéquipier de Claude Saint-Germain, un neveu par alliance qui possédait une R8 Gordini, mais il a immédiatement compris que sa vraie place était derrière le volant, car, comme il le dit lui-même, cette place de coéquipier ne l’avait absolument pas enchanté.

Il prend donc le volant, au Touquet en 1967 et le quitte pour son 188ème et dernier rallye en compétition le Costa Smeralda au printemps 1983. Jean-Louis a emmené dans le baquet de gauche des noms très connus comme Pierre Thimonnier, Jacques Jaubert, Vincent Laverne, Jean Bernard Vieu… Mais le coéquipier dont le nom vient immédiatement à l’esprit dès que l’on évoque Jean-Louis, c’est Jean-François Fauchille.

Il reviendra vingt ans plus tard dans le milieu automobile, pour un plaisir différent, gagnant le surnom de « Maestro », amicalement donné par la communauté des amateurs de VHC.

Si son terrain de prédilection était le sud-est hexagonal, il s’est toutefois aventuré dans toutes les régions françaises et à même franchi les frontières pour aller courir à la Réunion, en Italie et en Espagne.

©Extrait du texte de Nicole Bonnamour et Jean-François Jacob.